Peut-on tricher dans Tinder Afin de tomber sur plus facilement l’amour ?

Pour avoir environ chances de faire “la” belle rencontre via Tinder, des solutions paraissent limitees : passer ses soirees a “swiper” en masse, choisir une appli qui automatise le processus, ou creer un programme d’IA pour affiner les “matchs”.

Mais, et la spontaneite, dans bien ca ?

Et si l’on pouvait tomber sur l’amour grace a des algorithmes ? Predire qui va i?tre votre ame soeur, voila le sujet d’un recent episode de Black Mirror, et d’une emission de telerealite legerement bancale. C’est aussi le concept derriere Tinder, Meetic et toute une nouvelle generation de sites de rencontres, qui vous proposent de rencontrer la partenaire ideale grace a des “probabilites de compatibilite”.

Ces formules mathematiques reposent sur des questionnaires – une centaine de questions, inspirees par un outil de sociologie, la methode de Schwartz, qui consiste a “combiner les elements constituant une boussole interieure”, pour reconstituer un “systeme de valeurs”.

Seuls nos celibataires qui ont votre “taux d’affinite” superieur a 65%, paraissent proposes a l’utilisateur. Et jusqu’a recemment, d’apri?s une enquete francaise qui a fait de ce bruit (prolongement d’une nouvelle enquete de Fast Company), Tinder utilisait aussi un “score de desirabilite” pour classer et opter pour vos potentiels “pretendant(e)s”.

Pour rappel, Tinder fera defiler des profils d’autres utilisateurs sur la ecran, ainsi, l’optique du “jeu” reste d’indiquer si vous etes interesse en “swipant” a droite, ou au contraire a gauche. Si le webmaster en face fera ainsi, Il existe 1 “match”, ainsi, vous etes alors mis en relation. Dans “L’Amour sous algorithme”, la journaliste https://besthookupwebsites.org/fr/heated-affairs-review/ Judith Duportail ecrit donc que pendant des annees, l’appli mobile votre plus rentable (devant Netflix) a utilise 1 systeme de “notations opaques”, dans notre dos, en se basant sur le systeme “ELO” utilise Afin de classer nos joueurs d’echec, et en analysant les visages pour detecter la teinte des cheveux, des yeux, ou bien “l’ethnicite” des utilisateurs.

Tinder a tres vite nie en bloc, denoncant une “interpretation fallacieuse” d’un vieux brevet pas utilise, mais a aussi, etrangement, affirme quelques jours avant que le livre soit publie, avoir “abandonne” le critere du score de desirabilite. L’application affirme ne se servir desormais que de “criteres basiques” Afin de ses algorithmes, telle que la frequence des connexion ou la geolocalisation. Elle fera aussi la promotion d’une fonctionnalite “premium”, payante, qui permet de perdre “au dessus” des autres afin d’etre plus visible dans l’ecran une personne que vous convoitez : le “Super Like”.

“Le “Super Like” signifie que tu “sur-kiffes” l’individu et lui envoie franchement le signal que tu es tombe in love de le profil (ses photos et/ou sa bio). Cette option n’est donc nullement a se servir de dans n’importe quel profil. L’individu a qui tu as envoye 1 “Super Like” en sera informee si ton profil apparaitra concernant le ecran. Indeniablement, ton profil Tinder va etre colore en bleu et affichera l’etoile bleue du “Super Like”. A le tour, l’individu peut te liker ou te super liker, et vous serez alors connectes”, explique tres bien le blog belge News Monkey. En gros, donc, mieux vaut payer pour bouger du lot.

La quantite plutot que la qualite

Payeriez-vous vraiment pour faciliter toutes vos recherches du grand amour ? Certains n’ont nullement attendu que soient devoilees des coulisses du “score de desirabilite” de Tinder (au passage, rien ne garantit que l’application n’utilise gui?re d’autres algorithmes similaires, il faut la croire via parole) pour trouver la parade. Un systeme qui permet a la fois de ne que dalle payer, et de ne point passer ses soirees a “swiper” compulsivement (n’importe qui ?) pour augmenter ses chances d’avoir un “match” : l’automatisation des swipes.

Depuis plusieurs annees deja, existent des applications plus ou moins pirates permettant d’automatiser Tinder. Aujourd’hui suspendue avec Google, Tinder Auto Liker proposait autrefois de vous geolocaliser, puis d’aimer nos profils “d’un maximum de membres” correspondant a des criteres predefinis par l’utilisateur. Selon ce service, il etait possible de “swiper” pres de 5000 profils en 10 minutes tout juste. Manque etonnant qu’a ce rythme la, Tinder ait sevi en demandant a Android de le bannir.

Autre appli du meme look : Tinder Auto Swiper, qui vous promet, Afin de 6 dollars US par mois, d’aimer environ 100 profils par jour a votre place – un nombre de swipes plus restreint, afin d’eviter d’attirer l’attention de Tinder, evidemment. “Nous vous facilitons la tache Afin de vous permettre d’obtenir des matchs et ne passer votre temps qu’a parler avec les personnes de votre choix”, indique le service.

Pour tricher sur Tinder, il y a aussi un accessoire assez ridicule, mais qui apparemment s’arrache : le “Tinda Finger”. Commercialise depuis plus d’un an Afin de 25 dollars, votre gadget utilise un petit moteur et un faux doigt pour faire le boulot a votre place. Et pourrait etre capable de faire 6000 swipes par la droite en 1 heure.

Leave a Reply

Your email address will not be published.